Mise en avant

“Israël: où est donc passée la gauche ?” Webinaire avec Steve Jourdin

Cher.e.s collègues et ami.e.s,

Vous êtes cordialement invité.e.s à un webinaire organisé par l’Association française d’études sur Israël (AFEIL), le vendredi 19 novembre (16h à 18h)

Israël: où est donc passée la gauche ? 
Intervenant: Steve Jourdin, docteur en histoire politique, membre de l’Observatoire de l’Afrique du nord et de Moyen-Orient à la Fondation Jean-Jaurès. Il vient de publier Israël: autopsie d’une gauche (1905-1995) (Le bord de l’eau, 2021). 

Israël : autopsie d'une gauche (1905-1995) - Une... de Steve Jourdin -  Grand Format - Livre - Decitre

Discutant: Alain Dieckhoff, directeur de recherches au CNRS-CERI/ Sciences Po et directeur du CERI. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur Israël, dont L’invention d’une nation. Israël et la modernité politique, (Gallimard, 1993), L’Etat d’Israël (dir.), (Fayard, 2008) et Le conflit israélo-palestinien (A. Colin, 2017).

Modérateur :  Samy Cohen, Sciences Po/CERI

48 heures avant la date prévue, vous recevrez un lien zoom vous permettant de vous connecter à la conférence. 
Très cordialement
Le Bureau de l’AFEIL

Mise en avant

17 mars 2021 à 17h (heure de Paris) : “La démocratie en Israël à la veille de nouvelles élections” – Débat au CERI autour du livre de Samy Cohen

Israël, une démocratie fragile, Samy Cohen, Fayard, Coll. Les grandes études internationales, 2021 – EAN : 9782213716725.
À paraître le 17/03/2021.

Israël, une démocratie fragile

L’abondante littérature qui analyse les dérives populistes dans le monde laisse curieusement de côté Israël où elles sont pourtant patentes. A plusieurs reprises au cours des douze dernières années, cette démocratie s’est trouvée au bord du gouffre. Retraçant la trajectoire de « la seule démocratie du Proche-Orient », de sa naissance aux années Netanyahu, Samy Cohen montre à quel point elle est complexe, fragile et éclatée en deux camps, l’un attaché aux valeurs libérales et prêt à des compromis avec les Palestiniens, l’autre imprégné de valeurs nationalistes et religieuses et indifférent à l’État de droit.
Qui l’emportera ? C’est l’avenir de la démocratie israélienne qui est en jeu.

Samy Cohen, directeur de recherche émérite à Sciences Po (CERI), est l’auteur notamment de Tsahal à l’épreuve du terrorisme (Seuil, 2009, Prix du Grand livre 2009 des professeurs et maitres de conférences de Sciences Po) et Israël et ses colombes. Enquête sur le camp de la paix (Gallimard, 2016).

Le débat aura lieu en ligne. Inscriptions sur le site du CERI

Mise en avant

“Le néolibéralisme en Israël face à la crise du Covid-19” – 2ème webinaire de l’AFEIL, en collaboration avec le CRFJ, le 9 mars de 16h30 à 18h30 (heure de Paris)

Israël semble sortir de la crise sanitaire plus vite et plus efficacement que la plupart des pays occidentaux. En revanche, les Israéliens vont émerger de cette épreuve plus pauvres et plus divisés qu’ils ne l’étaient en y entrant. L’État a-t-il été à la hauteur des attentes des Israéliens touchés de plein fouet par la baisse de leurs revenus, l’envolée du chômage et les faillites en séries ? Le néolibéralisme à l’israélienne va-t-il résister à la crise du Covid-19 ? Le gouvernement qui sortira du prochain scrutin électoral sera-t-il contraint de mettre en œuvre une politique de relance plus interventionniste ?  

A l’heure où la pandémie de Covid-19 commence à s’essouffler en Israël, Jacques Bendelac nous proposera son analyse des enjeux de la sortie de crise pour l’économie et la société israéliennes.  

Intervenant :  

Jacques Bendelac, économiste et chercheur en sciences sociales à Jérusalem, enseignant au Collège académique de Netanya, auteur notamment de Israël, mode d’emploi (Plein Jour, 2018) et « Relance post-coronavirus : quels enjeux économiques et sociaux ? », Moyen-Orient, n°48, octobre-décembre 2020.  

Discutant :

Yoann Morvan est chercheur au CNRS en anthropologie urbaine et économique. Spécialiste notamment de la société israélienne, il y travaille sur les villes de développement et sur les questions de pauvreté et d’échange. Il a publié en 2020 (avec Daniel Monterescu, CEU) “Villes “mixtes” en Israël : entre désenchantements et concurrences”, Urbanisme, n°415. 

Ce webinaire se tiendra en ligne le mardi 9 mars de 16 h 30 à 18 h 30 (heure française). Les personnes intéressées pour y assister sont invitées à envoyer un mail à l’adresse asso.afeil@gmail.com et recevront un lien zoom 48 heures avant pour se connecter à la conférence en ligne.

Mise en avant

“Politique et société en Israël à l’heure du Covid-19” – 1er webinaire de l’AFEIL

Mardi 8 décembre 2020 de 17h à 19h

Depuis le mois de mars dernier, la société israélienne vit au rythme du Covid-19. Mais qu’est-ce que la pandémie révèle de la société israélienne et de la politique : dysfonctionnements de la démocratie, difficultés de gestion de la crise, indiscipline sanitaire ? Impact de cette crise sur la communauté arabe, mais également sur les travailleurs immigrés et les demandeurs d’asile ? Pourquoi les manifestations anti-Netanyahu ne désarment-elles pas malgré les restrictions sanitaires et comment interpréter la répression policière sur ces dernières ?

Sur ces questions et sur bien d’autres, Denis Charbit nous présentera un état des lieux de la politique et de la société en Israël à l’heure du Covid-19.

Intervenant :  

Denis Charbit, Open University of Israel, auteur notamment de Israël et ses paradoxes. Idées reçues sur un pays qui attise les passions, Le Cavalier bleu, 2018, 2ème édition et « La démocratie israélienne à l’épreuve de Netanyahu », Politique étrangère, n°3, 2020.

Discutantes : 

Lisa Anteby-Yemini, CNRS, IDEMEC, Aix-Marseille Université, auteure notamment de Les Juifs d’Ethiopie: de Gondar à la Terre promise, Albin Michel, 2018 et « Défis et enjeux de la migration africaine en Israël », Migrations Société, 2020/1 n°179.

Elisabeth Marteu, Sciences Po, auteure notamment de « L’identité israélienne à l’heure des mobilisations communautaires » (avec Pierre Reno), Critique internationale, vol. 3, n° 56, 2012, et « La maturation politique d’une opposition palestinienne en Israël », Moyen-Orient, octobre 2020.

Inscription et envoi du lien Zoom sur demande

Annonce CRFJ : « Amis, voisins, ennemis : Histoire culturelle des relations entre Juifs et Arabes en Palestine / Israël, 19e – 21e s. » TABLE-RONDE (par zoom ET en public) mardi 4 mai 2021 17:00-18:30 (Paris time) – 18:00-19:30 (Jerusalem time)

Tuesday 4th May 2021 – 17:00-18:30 (Paris time) – 18:00-19:30 (Jerusalem time) – Via zoom and also at the offices of the CRFJ – 3 Shimshon St., Jerusalem (with mask and green pass) – The roundtable will be conducted in English.

L’approche dominante concernant l’histoire des relations entre Juifs et Arabes en Palestine/Israël a longtemps été marquée par trois caractéristiques structurantes. Tout d’abord, la vision d’une « société dédoublée », qui postulait que les sociétés juive et arabe étaient des entités totalement séparées, repliées sur elles-mêmes et hostiles l’une à l’autre, dont le principal mode d’interaction était le conflit, généralement violent. L’accent était donc mis sur les relations de pouvoir entre les deux mouvements nationaux – sioniste et palestinien. Par ailleurs, les deux sociétés étaient analysées de façon surplombante, en examinant principalement les profils de leurs leaders politiques, diplomatiques et militaires, et en s’attardant sur les épisodes de confrontation. Les historiens qui adoptaient cette perspective considéraient que les deux communautés étaient monolithiques et que les frontières entre elles étaient parfaitement étanches. Enfin, dernière caractéristique, la guerre de 1948 était considérée comme un événement non seulement fondateur pour la période suivante, mais également comme un « évènement – pivot » qui déterminait y compris l’angle des recherches sur la période précédente, ayant débuté à la fin du dix-neuvième siècle avec la première vague d’immigration sioniste en provenance d’Europe de l’Est. Comme la Révolution pour l’histoire de la France du dix-huitième siècle ou la Shoah pour celle des relations entre Allemands et Juifs, la guerre de 1948 a longtemps été considérée comme un inévitable accomplissement, qui projetait son ombre sur la période antérieure en la réinterprétant de façon univoque. Dans une moindre mesure, les guerres qui suivirent – celles de 1956, 1967, 1973, 1982 et les deux Intifada – devinrent également des balises familières entre lesquelles l’histoire des relations Juifs-Arabes naviguait en ligne droite.

Cependant, au cours des vingt dernières années, une nouvelle perspective a peu à peu émergé, visant à étudier les sociétés juive et arabe en Palestine/Israël comme des entités aux frontières poreuses et mouvantes, évidemment structurées par des systèmes de confrontation mais également par des logiques de coopération ou de transaction. Cette approche dite « relationnelle » a en particulier mis l’accent sur les interactions horizontales et locales, pour enrichir et complexifier les approches privilégiant les divisions verticales et les catégories d’analyse reliées aux identifications nationales. Cette nouvelle tendance a mis en lumière l’hétérogénéité de chaque société, et l’analyse de ces diverses lignes de fracture sociales, religieuses ou ethniques a permis d’entrevoir des situations de contacts voire des opportunités de véritables alliances transnationales, en particulier sur des enjeux de genre, de classe ou de langues. Logiquement, ces nouvelles recherches ont privilégié l’étude de ces sociétés « par en bas », avec une attention particulière portée aux gens ordinaires – paysans, artisans, ouvriers, commerçants – et aux différents domaines de la vie quotidienne, des loisirs et de la culture populaire. Ce changement de paradigme a également motivé une nouvelle approche concernant les sources, en se tenant à distance ou en réinterrogeant les documentations officielles et institutionnelle déposées dans les archives nationales et militaires, et en cherchant à valoriser des sources moins visibles et jusqu’ici moins travaillées, comme des ouvrages ou des rapports ethnographiques, des ego-documents de statuts divers, et des témoignages visuels. Finalement, la perspective téléologique a fait place à une approche plus exploratoire, capable de rendre compte des voies alternatives et des expériences réussies ou inabouties, sans les évaluer à travers un prisme rétrospectif et en valorisant le point de vue des acteurs en tant qu’agents de leur propre histoire. 

Le présent dossier cherche à contribuer à cette nouvelle perspective « relationnelle », en se focalisant sur les relations culturelles entre les deux communautés. Il couvre la période entre la fin du dix-neuvième siècle et le début du vingt-et-unième, sans évidemment prétendre à l’exhaustivité. Les articles traitent de domaines variés – loisirs, littérature, musique, théâtre, philanthropie – mais tous s’intéressent aux interactions entre Juifs et Arabes et à leurs efforts pour se comprendre eux-mêmes et pour se saisir de multiples « altérités culturelles » durant cette période de mutations rapides. Tout en gardant à l’esprit que les relations culturelles sont constamment imprégnées de relations de pouvoir, les articles rassemblés ici montrent que les relations entre Juifs et Arabes en Palestine/Israël ne se limitent pas à une hostilité réciproque et à des conflits récurrents, mais qu’elles se tissent aussi de coopérations et de tentatives de vivre ensemble. Si ces tentatives se sont souvent soldées par des échecs, une « histoire des possibles » tend à prouver que les déconvenues d’une génération peuvent aussi devenir les ferments de tentatives à venir.

Introduction 

For a long period, the dominant approach to the history of Jewish-Arab relations in Palestine/Israel was characterized by three main features. First, a “dual society” perspective, which assumed that Jewish and Arab societies were separate, self-contained and mutually hostile entities whose main mode of interaction was often-violent conflict. This outlook therefore placed primary focus on the Zionist and Palestinian national movements. Second, both societies were studied “from above”, through the examination of their political leaders, diplomats and military men, and emphasis on their confrontations. Historians who adopted this view assumed that each society was monolithic, and that the boundaries between the two were clear-cut. Finally, the 1948 War was marked as a momentous event that dictated the research agenda of the period beginning in the late nineteenth century, with the first wave of Zionist immigration from Eastern Europe. Like the French Revolution in the history of eighteenth-century France, or the Holocaust in the history of German-Jewish relations, the 1948 War became an inevitable telos that cast a long shadow over the preceding period, painting it in a single color. To a lesser extent, the wars that followed – those of 1956, 1967, 1973, 1982 and the two Intifadas – also became important anchorages between which the history of Jewish-Arab relations sailed in a straight line. 

Over the past twenty years, however, another perspective has slowly emerged, which examines Jewish and Arab societies as entities with porous, constantly shifting boundaries that have not only fought but also cooperated with one another. This “relational” view has placed emphasis not on vertical division and national identity but rather on horizontal interaction and local patriotism. It has adopted the assumption that each society was heterogeneous, and at times deeply divided along class, religious and ethnic lines – a dynamic that enabled cross-national connections and alliances, notably around issues of gender, class and language. Proponents of this perspective prefer to study these societies “from below”, dedicating special attention to common people – peasants, artisans, industrial workers, shopkeepers – and to the domains of everyday life, leisure, and popular culture. This shift also demands a new kind of historical sources, which extend beyond the official documents deposited in state and military archives and include diverse, less familiar sources such as ethnographic records, various ego documents, and visual images. Lastly, the teleological view of history has been replaced with an approach that explores roads not taken and alternative – failed or successful – experiences, without scrutinizing them through the lens of hindsight. This approach does not regard wars as inevitable outcomes, and looks at historical processes through the eyes of their participants, working to understand their points of view as historical agents.

The present file aims to contribute to this new, “relational” approach while focusing on the cultural relations between the two societies. It covers the period between the late nineteenth century and early twenty first century, but does not presume to be exhaustive. The articles it includes concern varied domains – leisure, literature, music, theatre, philanthropy – but all focus on the interaction between Jews and Arabs and their attempts to make sense of themselves and their cultural counterparts during this period of rapid change. While taking into consideration that cultural relations are imbued with power relations, these articles demonstrate that Jewish-Arab relations in Palestine/Israel were not solely characterized by mutual hostility and recurrent conflict, but also by cooperation and efforts to lead a shared life. Although such attempts were often unsuccessful, a “history of possibilities” tends to show that the impasse of one generation could become a source of inspiration for future generations.

Retour aux sources ! Recherche d’archives et archives de la recherche (Webinaire transversal CRFJ-ARCHIVAL-CITY)

Lundi 6 juillet 2020, 14h-18h, webinaire transversal CRFJ – ARCHIVAL-CITY, accessible sur zoom : Qu’on soit historien, archéologue, sociologue, philologue ou épigraphiste, on a tous affaire à des « archives », au sens large — et parfois lâche — du terme : celles qu’on dépouille, celles qu’on gère, celles qu’on produit. L’objectif de ce séminaire est de croiser les approches et les questions autour d’un type de document qui constitue une source primaire pour les uns, une source secondaire pour les autres, en mettant particulièrement l’accent sur les enjeux méthodologiques de ce délicat « retour aux sources ». Avec quelles interrogations aborder ces collections ? Comment exploiter les archives d’administrations et d’institutions, comment traiter les fonds hétérogènes d’érudits ou de chercheurs ? Quelles archives génèrent nos disciplines ? Quelle vision — ou quelle illusion — produisent-elles, notamment en articulation avec les artefacts et autres traces matérielles qu’elles étudient ou documentent ? Comment les valoriser, les interconnecter et les rendre plus accessibles ?

Plus d’informations et inscriptions sur le site du CRFJ

A découvrir : “Jérusalem médiévale : à la recherche d’un dévoilement difficile” (une production CRFJ et MSK Productions)

Un itinéraire collectif animé par Yann Potin et Estelle Ingrand-Varenne tourné le 25 mai 2019 à l’occasion d’un séminaire organisé par François Bon, alors Directeur du CRFJ. Un regard érudit, original et décalé sur l’histoire et la géographie de la ville sainte.

Plus d’informations sur le site du CRFJ

“The Israeli Innovation Ecosystem: A Critical Domain of Social Scientific Investigation for Technological Policies” : journée d’étude organisée par le CRFJ le 11 février 2020

Le CRFJ organise une journée d’étude sur l’écosystème d’innovation israélien. Si la « Start-up Nation » est souvent présentée comme un modèle pour les politiques publiques en matière d’innovation, il s’agira de préciser comment les sciences sociales ont pu, et peuvent à l’avenir, contribuer à la compréhension de ses dynamiques. Nous étudierons en particulier de quelles manières il est possible de les cartographier, comment une grande entreprise comme Orange peut s’y inscrire, et dans quelle mesure elles sont marquées par les actions développées au sein des incubateurs israéliens. 

Lien vers l’affiche

“Des Chrétiens contre les Croisades : contester la guerre sainte au nom de l’Évangile (XIIe-XIIIe siècles)” : conférence du professeur Martin Aurellle mardi 18 février 2020 à 18h au CRFJ

La croisade est une idée, voire une réalité, complexe. Elle légitime la violence armée au nom de la reprise des lieux saints et de la sanctification des croisés, en net contraste avec le message pacifique des Évangiles. Aux XIIe et XIIIe siècles, plusieurs intellectuels l’ont ouvertement condamnée. Ils ont critiqué ses contradictions idéologiques, et notamment le versement du sang par les ordres militaires, ainsi que les pertes humaines et matérielles qu’elle comporte pour un but, somme toute, bien terre à terre. « Le Christ n’a pas versé son sang pour acquérir Jérusalem, mais les âmes qu’il faut sauver », écrit, par exemple, Adam (†1212), abbé du monastère cistercien de Perseigne. Ces quelques voix hostiles à la croisade crient-elles dans le désert ? Appartiennent-elles à une minorité négligeable ou représentent-elles un courant fort répandu dans le Chrétienté latine ? Leurs critiques ont-elles influencé les gouvernants, minant à la longue l’idéal des croisés ? Remettent-elles radicalement en cause l’instrumentalisation de la religion à la guerre ? Dans leur modernité, ces questionnements ne sauraient nous être étrangers.

Martin Aurell est professeur d’histoire médiévale à l’Université de Poitiers et directeur du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM, UMR 7302, Poitiers). 

Membre senior de l’Institut Universitaire de France entre 2002 et 2012, directeur de la revue internationale lesCahiers de civilisation médiévale, il est spécialiste de l’histoire de la société, des pouvoirs, de la parenté, de la culture et de la religion (Xe-XIIIe siècles). Il a publié près d’une quinzaine de livres, parmi lesquels : La Légende du roi Arthur, Paris, Perrin, 2007; Le Chevalier lettré : savoir et conduite de l’aristocratie aux XIIe et XIIIe siècles, Paris, Fayard, 2011 ; Des Chrétiens contre les croisades (XIIe-XIIIe siècle), Paris, Fayard, 2013.

Journée d’étude inaugurale de l’AFEIL (reportée)

Journée d’études inaugurale de l’Association française d’études sur Israël, en partenariat avec le Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI) sur le thème : « Israël contemporain : enjeux et grands débats »

En raison de la crise sanitaire liée à l’épidémie de COVID-19, la JE prévue le 22 avril est reportée à une date ultérieure

CERI-Sciences Po – 56, rue Jacob, Paris 6ème – Grande salle de conférences

Argumentaire

Cette journée d’étude inaugurale se propose, tout d’abord, de dresser un état des lieux des enjeux et grands débats qui traversent la société et l’Etat israéliens aujourd’hui. Cet état des lieux et le choix des thèmes retenus pour en traiter, forcément non exhaustifs compte tenu du format, auront cependant vocation à s’étoffer d’année en année. Cette journée souhaite ensuite faire le bilan des recherches en cours, en France et dans le monde francophone, sur ce pays dont l’analyse scientifique est d’autant plus nécessaire qu’il est au cœur des grandes mutations que connaît le Proche-Orient et qu’il suscite, y compris hors de ses frontières, de nombreux fantasmes tant positifs que négatifs. A cet effet, cette journée fera dialoguer des chercheur-se-s issu-e-s des différentes disciplines des sciences sociales et humaines – anthropologie, sociologie, sciences politiques, géographie, histoire, architecture, littérature, cinéma, etc. – travaillant sur la société israélienne et ses transformations. Cette première rencontre se veut également un lieu d’échanges et de partage de connaissances sur les travaux actuels pour les étudiant-e-s qui s’intéressent à des sujets portant sur Israël, afin de les soutenir ou de les guider dans leurs recherches. Enfin, cette journée vise à rendre visibles et à contribuer à structurer les recherches sur Israël afin de les constituer, en France, comme champ identifié.

En effet, si les études sur le monde arabe et musulman dans les universités françaises sont riches et abondantes, celles concernant la société et l’Etat israéliens font, par comparaison, pâle figure. Elles sont relativement peu nombreuses et peu valorisées, au contraire, notamment de l’espace universitaire anglophone où les « études israéliennes » constituent un champ reconnu (en particulier grâce aux revues dédiées telles que Israel Studies et Israel Studies Review). Par ailleurs, les recherches qui, en France, traitent effectivement de cet espace se focalisent le plus souvent sur le conflit israélo-palestinien et sur les conséquences de l’occupation, depuis 1967 par Israël, des Territoires palestiniens. Or, s’il est évidemment nécessaire de décrire et d’analyser ces questions, centrales pour la compréhension de la région, il importe également d’étudier les transformations d’une société israélienne puissamment diverse, voire fragmentée, notamment en ce qui concerne ces enjeux politiques.

C’est dans ce sens que l’Association française d’études sur Israël (l’AFEIL), organise une journée d’études inaugurale le 22 avril 2020 pour permettre la rencontre et le débat scientifique entre chercheur-se-s inscrit-e-s dans différents domaines disciplinaires, s’intéressant tou-te-s à Israël et à l’espace israélo-palestinien. Le thème retenu pour cette première édition est volontairement large. Il se déclinera autour des cinq axes thématiques suivants :

Axe 1 : Religion, État et société

Cet axe propose de se pencher sur les relations complexes qui existent, en Israël, entre religion(s), structures étatiques et société. Celles-ci peuvent, a minima être interrogées par deux biais : 1) celui de l’omniprésence, toujours mouvante, de la religion, de ses pluralités et des religieux-ses dans la société israélienne et 2) celui des relations et frontières, floues et changeantes, entre Etat et religion. En effet, s’il n’y a pas, en Israël, de religion d’Etat, le statut personnel et le droit de la famille restent régis par les tribunaux religieux dans certains domaines, tels le mariage ou le divorce.

1) On pourra s’interroger sur les effets du pluralisme religieux, aujourd’hui, en Israël, sur le poids respectif des religieux et des laïcs dans le pays, sur le sens même du terme de « laïcité » en Israël, sur les conséquences de la forte poussée démographique des ultra-orthodoxes et des sionistes religieux, sur le rôle que tiennent ces derniers au sein de l’Etat et de l’armée ou encore sur les effets de l’entrée des femmes orthodoxes et ultra-orthodoxes sur le marché du travail. Au fond, la société israélienne est-elle devenue plus ou moins religieuse, plus uniformément ou plus diversement religieuse ? 2) Cela pourrait également conduire à revenir sur le débat qui oppose les partisans d’un « Etat juif et démocratique » à ceux d’un « Etat de tous ses citoyens » ; d’un côté ceux qui prônent un Etat où sionisme et majorité juive doivent primer les normes démocratiques, de l’autre ceux qui tentent de « normaliser » Israël pour le rapprocher des démocraties occidentales. A ce titre, la récente loi sur « l’Etat-nation du peuple juif » montre combien ces questions sont d’actualité dans un Etat qualifié, par certains, de « juif et démocratique », par d’autres de « démocratie ethnique » (Smooha, 1990) ou encore « d’ethnocratie » (Yiftachel, 2004).

Axe 2 : Migrations et minorités : la gestion de la diversité en Israël

Cet axe se propose de réfléchir à la diversité de la population israélienne eu égard à la géohistoire du pays. Plusieurs questions pourront être abordées dans ce sens : 1) celles liées aux populations arabes et/ou musulmanes (Palestinien-ne-s d’Israël, Druzes, Tcherkesses), à l’évolution de leur statut, droits et place dans la société israélienne 2) celles liées aux migrations juives qui ont jalonné l’histoire d’Israël et largement contribué à structurer le pays du point de vue social, politique, économique et urbain. Les communications concernant les vagues d’immigrant-e-s juifs et juives (olim/olot) venant des pays du Maghreb et du Moyen-Orient, de l’Union soviétique ou de l’ex-Union soviétique, de l’Inde, de l’Ethiopie ou des pays occidentaux, tels les récent-e-s immigré-e-s français-e-s, seront, en particulier, les bienvenues 3) De la même manière, des travaux portant sur les migrant-e-s de travail des années 1990 venu-e-s d’Afrique et d’Asie notamment ou sur les demandeurs d’asile subsahariens des années 2000 contribueront également à faire comprendre les dynamiques à la fois d’exclusion mais aussi d’inclusion dans la société israélienne, que ce soit du point de vue des migrant-e-s, de la population locale ou des autorités 4) Parallèlement, des communications sont attendues sur les revendications de plus en plus importantes qui se font entendre au sein des minorités sexuelles (LGBTQI+) pour l’obtention de droits culturels et sociaux auxquelles s’ajoutent les revendications des femmes et l’importance des questions de genre, que ce soit en politique, dans le domaine religieux (féminismes juif et musulman) ou dans la récente campagne « gam ani » (MeToo). Les personnes avec des handicaps tentent aussi de faire entendre leur voix, comme de récentes manifestations l’attestent. La manière dont la société et l’Etat israéliens, souvent considérés comme homogènes et uniformes, gèrent cette diversité sera l’un des points sur lequel cet axe souhaite se pencher.

Axe 3 : Histoire juive et Shoah : quel impact sur la société israélienne ?

Nous proposons de réfléchir, dans cet axe, aux incidences de l’histoire juive et, en particulier, de l’histoire de la Shoah sur la société israélienne. Le parcours historique des Juifs en Europe et dans le monde au cours des XIXème et XXème siècles ont éminemment contribué à façonner la construction de l’Etat et les spécificités de l’identité israélienne. Il a servi de ciment national ; le procès Eichman ayant, par exemple, constitué un événement majeur de l’histoire du pays. Dans le même temps, la Shoah et sa lecture par le jeune Etat d’Israël ont structuré les relations sociales et économiques, voire spatiales, entre les migrant-e-s arrivé-e-s dans le pays en différentes vagues à partir de 1948. Certains travaux montrent d’ailleurs que, loin de s’être résorbées, les discriminations de certains groupes, notamment les Mizrahim (« orientaux »), au sein de la société israélienne se perpétuent, accentuant leur rejet, voire leur exclusion, de certains pans du récit national ; la question du récit national elle-même pouvant être ici interrogée. Mais si la Shoah constitue un marqueur des représentations d’Israël à l’intérieur de cet espace, elle les structure également à l’extérieur de ses frontières. Le travail de mémoire, le rapport entretenu avec la notion de traumatisme de toute une population en Israël influent également sur le rapport d’Israël avec le reste du monde, créant par exemple une proximité inédite avec des Etats ou des groupes ayant traversé des épisodes historiques proches. Quelle place tient donc aujourd’hui l’histoire juive récente et celle de la Shoah en Israël ? La Shoah y tient-elle une place excessive ou, au contraire, cette dernière se résorbe-t-elle avec le temps pour en arriver au « droit à l’oubli » que suggérait, par exemple, Y. Elkana ? Comment le travail de mémoire a-t-il évolué au fil des décennies et comment l’enseignement de la Shoah et de l’histoire juive en Israël s’est-il progressivement transformé ? Enfin, comment la question de la Shoah impacte-t-elle la politique sécuritaire du pays ?

Axe 4 : Ville et architecture : la fabrique du territoire

Cet axe souhaite traiter des questions liées à la ville et à l’architecture pour comprendre le rôle de ces dernières dans la fabrique du territoire et la gestion de ses frontières. La question de la production de la ville, au sens d’Henri Lefebvre (1974) et de la dimension politique de l’architecture (comme facteur d’innovation, mais aussi comme médium matériel et symbolique d’appropriation et de structuration de l’espace) pourra être posée, de même que l’on pourra s’interroger sur les effets de la mondialisation et de la volonté de hisser certaines villes au rang de villes mondiales/globales. Le souhait politique de faire de Tel-Aviv une « Global City » au tournant des années 2000 n’aura, on le sait, pas été sans effet sur sa population. En témoigne le « mouvement des tentes » de 2011 pour le « droit à la ville » et « plus de justice sociale ». On pourra également s’interroger sur le rôle et la fabrique des espaces religieux / du religieux dans des villes-mondes comme Jérusalem, Haïfa et à une autre échelle, Tibériade. Quel est le rôle de ces mobilités religieuses, inter et transnationales, du tourisme religieux et des pèlerinages, dans la « production » matérielle et symbolique de ces villes et comment contribuent-elles aussi à inscrire le pays dans des réseaux et une scène internationale ? Plus largement, quels sont les actrices et acteurs de la fabrique du territoire aujourd’hui et quelle place y occupent, depuis la création d’Israël, voire avant 1948, « la ville », « l’urbain » et « l’architecture » ? La création de nouvelles villes – telles que les villes de développement -, le choix de leur implantation et la délimitation de leurs tissus urbains rejoignent le questionnement sur les frontières, les circulations et la division du territoire, englobant aussi la délicate question des frontières du pays, de l’occupation ou de l’annexion de certains territoires et des rapports à la terre, l’identité et la nation. On pourra également, dans ce même registre, s’interroger sur les relations entre urbanité et ruralité, sur les collectivités agricoles (kibboutzim et moshavim), aux nouvelles « communautés » fondées sur l’agriculture bio ou encore sur l’émergence de kibboutzim urbains.

Axe 5 : Table ronde : « Enquêter en Israël : quels enjeux méthodologiques ? »

Nous accueillons également des propositions de communication portant sur les enjeux méthodologiques de la recherche en et sur Israël. Dans un contexte marqué par l’exacerbation de certains antagonismes, quelles difficultés peuvent se poser aux chercheur-se-s dans la collecte, l’analyse et la diffusion des données de terrain en et sur Israël ? Comment gérer, par ailleurs, la double injonction souvent adressée aux universitaires travaillant sur ce pays, tour à tour sommé-e-s de donner des gages de « neutralité axiologique » (d’autant plus importants que leur objet est jugé politiquement sensible) et invité-e-s à se prononcer publiquement sur un certain nombre d’enjeux le concernant ? Enfin, dans un champ universitaire marqué par la division entre études palestiniennes, d’une part, et études sur Israël, d’autre part, comment travailler sur des objets, des acteurs ou des questions se situant précisément à la jonction des deux espaces, aux contours et frontières à la fois floues et mouvantes et/ou questionnant des dynamiques touchant de fait les deux sociétés. Les chercheur-se-s sont ainsi invité-e-s à venir échanger sur la complexité de la recherche en et sur Israël, que ce soit du point de vue politique, social ou religieux, en tenant compte aussi de la position de l’enquêteur-rice, des modalités et des conditions de l’enquête, des particularités du terrain israélien et des questions de restitution de la recherche, et d’usages ou de mésusage de leurs travaux scientifiques.

Vos propositions de communications (résumé d’une page maximum au format Word accompagné d’une courte biographie), inscrites dans l’un de ces 5 axes, sont à envoyer à asso.afeil@gmail.com d’ici le 15 février 2020.

Les résumés seront évalués par le comité scientifique composé de :
Lisa Anteby-Yemini, CNRS, IDEMEC, Aix-Marseille Université
Samy Cohen, CERI / Sciences Po Paris
Alain Dieckhoff, CNRS, CERI/Sciences Po Paris
Karine Lamarche, CNRS, CENS, Université de Nantes
Caroline Rozenholc, MCF ENSA Paris-Val de Seine, 7218 LAVUE
Anne-Sophie Sebban-Bécache, IFG, Paris VIII Vincennes/Saint-Denis, AJC Paris

Notification des communications sélectionnées : 1er mars 2020.

Lien vers l’AAC en format pdf :

Aide à la mobilité internationale du CRFJ pour doctorants et post-doctorants

Le Centre de Recherche Français à Jérusalem lance un appel à candidatures pour des aides à la mobilité internationale pour doctorants et post-doctorants (AMI) dans les disciplines suivantes :

  • archéologie, préhistoire
  • histoire, sciences des religions, philosophie, linguistique
  • anthropologie, sociologie, sciences politiques
  • géographie, architecture, urbanisme

Les projets de recherche devront porter sur le passé ou le présent de l’espace israélo-palestinien et faire apparaître la nécessité d’un séjour sur place : travail de terrain, enquêtes, ressources documentaires. L’adéquation des projets avec les axes de recherche du CRFJ, dont la présentation est disponible sur son site internet, est un critère déterminant.

Plus d’informations ici

Séjour de recherche post-doctoral en Israël

La Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH) et le Centre  de  Recherche Français à Jérusalem proposent à des post doctorants résidant en France, une aide à la mobilité pour réaliser un séjour de recherche de 2/3 mois en Israël  et à Jérusalem.

Cet appel s’inscrit dans le cadre du Programme Atlas de mobilité postdoctorale de courte durée lancé par la FMSH et ses partenaires.

Date limite de candidature : 16 décembre 2019

Plus d’informations : http://www.fmsh.fr/fr/international/30466