18 octobre 2023 – Communiqué du bureau de l’AFEIL

Le Bureau de l’Association française d’études sur Israël est profondément bouleversé par la cruelle attaque du Hamas, survenue le 7 octobre dernier que rien, absolument rien, ni l’occupation, ni la colonisation, ne sauraient justifier. Les victimes, des hommes, des femmes, des enfants, des personnes âgées, ont été sauvagement assassinées, tandis que d’autres ont été enlevées.
Il exprime son soutien et sa solidarité avec tous ses collègues universitaires en Israël ainsi qu’avec les familles des victimes et leurs proches.
Le Bureau de l’Association s’inquiète également du drame humain en cours dans la bande de Gaza. Il est très sensible au sort des civils palestiniens blessés, tués ou déplacés ces derniers jours. Victimes eux aussi d’un conflit sans fin, ils sont aujourd’hui pris en étau entre l’armée israélienne et le Hamas.

Dans ce contexte de violence accrue et généralisée, l’AFEIL, association scientifique indépendante dont la vocation est de promouvoir les études sur Israël et l’espace israélo-palestinien, continuera à s’y attacher dans le respect des valeurs académiques et de tolérance. 

Le Bureau de l’AFEIL

Le 7 février 2024 – Séminaire hybride: “Israël-Hamas: la guerre, de quel droit?”

Cet événement est organisé en partenariat avec le CERI de Sciences Po et a lieu dans les locaux de Sciences Po Paris au 1, place Saint Thomas d’Aquin 75007 Paris. Il est également possible de rejoindre le séminaire par Zoom.

Les intervenant(e)s :

Julia Grignon est professeure en droit international humanitaire et directrice scientifique de l’IRSEM (Institut de recherche stratégique de l’Ecole militaire). Elle a notamment dirigé un numéro hors-série de la Revue québécoise de droit international sur le droit applicable dans le conflit armé qui oppose la Russie et l’Ukraine. Elle est également co-auteure du Online Casebook How Does Law Protect in war?

Samy Cohen, Sciences Po- CERI. Il est l’auteur notamment de Tsahal à l’épreuve du terrorisme (Seuil, 2009) et Israel, une démocratie fragile (Fayard, 2021). 

Étienne Dignat est chercheur associé au CERI. Il a notamment publié “L’intérêt des vivants contre l’honneur des morts ? Retenir les corps ennemis à des fins de négociation”, Raisons politiques (2021), et La rançon de la terreur. Gouverner le marché des otages, Presses Universitaires de France (2023).

Discutante

Sharon Weill, Associate Professor à l’Université américaine de Paris et enseignante à Sciences Po Paris (PSIA). Elle est l’auteure de The Role of National Courts in Applying International Humanitarian Law (Oxford University Press, 2014) et The President on Trial Prosecuting Hissène Habré (co-eds, Oxford University Press, 2020). 

Présidence :

Caroline Rozenholc-Escobar, CRH-LAVUE, ENSA Paris-Val de Seine

Mercredi 29 juin (15h-17h) : Webinaire autour du nouveau livre de Jacques Bendélac, Les années Netanyahou. Le grand virage d’Israël (L’Harmattan, 2022)

                                   

Couverture Les années Netanyahou

Benyamin Netanyahou a animé la vie politique israélienne pendant plus de trente ans. Étoile montante du Likoud, il gravit tous les échelons de la vie politique avant d’accéder au rang de Premier ministre d’Israël en 1996. Après trente années de bibisme, Israël n’a pas résisté à la vague illibérale : l’État juif est devenu un régime ultraconservateur qui a renforcé ses racines ethno-religieuses et affiché une tendance autoritaire tout en continuant à chercher sa légitimité dans les urnes. Le départ de Netanyahou du pouvoir en juin 2021 n’a pas marqué la fin du “bibisme” ; plusieurs dimensions de son idéologie continueront d’imprimer leur marque sur les Israëliens, comme les inégalités sociales et le blocage du conflit israëlo-palestinien.

Intervenant: Jacques Bendélac, docteur en économie, chercheur en sciences sociales à Jérusalem, auteur de nombreux ouvrages sur la société israélienne et les relations israélo-palestiniennes.

Discutant : Samy Cohen, Sciences Po/ CERI, auteur notamment de: Israël et ses colombes. Enquête sur le camp de la paix, Gallimard, 2016  et Israël, une démocratie fragile, Fayard, 2021. 

Modératrice: Caroline Rozenholc, MCF en géographie à l’ENSA Paris-Val de Seine, UMR 7218 LAVUE

Journée d’étude inaugurale de l’AFEIL – 3 février 2022

« Israël contemporain : enjeux et grands débats »

Journée d’études inaugurale de l’Association française d’études sur Israël (AFEIL), en partenariat avec le Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI)

3 février 2022 (9h00 à 18h30)

CERI-Sciences Po – 56, rue Jacob, Paris 6ème – Grande salle de conférences

9h-9h30 : Accueil et introduction

Alain Dieckhoff, CNRS, directeur du CERI-Sciences Po, Paris, Vice-président de l’AFEIL

Samy Cohen, CERI-Sciences Po, Paris, Président de l’AFEIL.

Caroline Rozenholc-Escobar, ENSA Paris-Val de Seine, CRH-LAVUE, Secrétaire générale de l’AFEIL.

9h30-11h : « Religion, État, société », présidence Karine Lamarche, CNRS, CENS, Nantes.

  • « Dissidence religieuse et contestation politique. Penser le pluralisme religieux juif en Israël au travers de l’expérience des militant.e.s non orthodoxes contre l’occupation », Caterina Bandini, doctorante en sociologie, EHESS, Centre Maurice Halbwachs, associée au Centre de recherche français de Jérusalem.
  • « Bioéthique en Israël : entre religion et Etat », Omar Fassatoui, chercheur associé Mesopolhis, Aix-Marseille Université et Sciences Po Aix.
  •  « L’image de la société israélienne : ‘lumière à l’égard des nations’ », Ayelet Lilti, docteure en Histoire et sémiologie du texte et de l’image, chargée de cours à Sciences Po Paris, Reims et Lille et à l’Université de Nancy.

11h15-12h45 : « Migrations et minorités : la gestion de la diversité en Israël », présidence Lisa Anteby-Yemini, CNRS, IDEMEC, Aix-Marseille Université

  • « Les groupes mizrahi d’opposition dans les années 1950 : campagnes et mots d’ordre politiques des revues sépharades Ha-Me’orer et Shevet we’Am », Claudia De Martino, UNIMED, Rome.
  • « Misère et Grandeur de la minorité arabe en Israël actuellement », Mordechai Schenhav, Université de Strasbourg.
  • « La migration de Français en Israël aux regards d’une sociologue, d’un géographe et d’un historien », Yann Scioldo-Zurcher, CNRS, CRH-EHESS, associé au Centre de recherche français de Jérusalem et à l’Université de Tel-Aviv ; Marie-Antoinette Hily, CNRS, Migrinter, Poitiers et William Berthomière, CNRS, Passages, Bordeaux.
  • 12h-45-14h-30 : Pause-déjeuner

14h30-15h30 : « Histoire juive et Shoah : quel impact sur la société israélienne », présidence Anne-Sophie Sebban-Bécache, docteur de l’Institut Français de Géopolitique, Paris VIII Vincennes/Saint-Denis et directrice de l’AJC Paris

  • « Israeli Memory of the Shoah – after the Age of the Witness », Jackie Feldman, Ben Gurion University of the Negev.
  • « Pour qu’aucun ne soit inconnu : honorer les restes humains en Israël, parcours de mémoire et fabrique de l’identité nationale à Jérusalem », Thomas Richard, Chercheur associé au Centre Michel de l’Hospital de l’Université Clermont-Auvergne et chargé de cours Université Paris et ESPOL de Lille.

15h45-17h45 : « Ville et architecture, la fabrique du territoire », présidence Caroline Rozenholc-Escobar, ENSA Paris-Val de Seine, CRH-LAVUE

  • « La notion de ‘Shelter’ dans le cinéma d’Amos Gitaï : une question architecturale ? », Christelle Lecoeur, docteure en architecture, ACS-AUSser, ENSA Paris-Malaquais.
  • « Des toits rouges au sommet d’une colline. Les architectes et la construction de logements comme agents de conquête et de colonisation du territoire à Jérusalem-Est et en Cisjordanie », Clarisse Genton, doctorante en architecture, ACS-AUSser, ENSA Paris-Malaquais
  • « L’espace public contraint-restreint : le cas de la ville juive orthodoxe d’Elad », Nava Meron, docteure en Aménagement de l’espace, LAA-LAVUE, ENSA Paris-La Villette.
  • « Les formes de l’étalement urbain en Israël : entre contrôle et héritage ? », Yoann Morvan, CNRS, Mesopolhis et Yankl Fijalkow, ENSA Paris-Val de Seine, CRH-LAVUE.

18h00-18h30 : Conclusion, Alain Dieckhkoff, CNRS, CERI-Sciences Po

“Israël: où est donc passée la gauche ?” Webinaire avec Steve Jourdin

Cher.e.s collègues et ami.e.s,

Vous êtes cordialement invité.e.s à un webinaire organisé par l’Association française d’études sur Israël (AFEIL), le vendredi 19 novembre (16h à 18h)

Israël: où est donc passée la gauche ? 
Intervenant: Steve Jourdin, docteur en histoire politique, membre de l’Observatoire de l’Afrique du nord et de Moyen-Orient à la Fondation Jean-Jaurès. Il vient de publier Israël: autopsie d’une gauche (1905-1995) (Le bord de l’eau, 2021). 

Israël : autopsie d'une gauche (1905-1995) - Une... de Steve Jourdin -  Grand Format - Livre - Decitre

Discutant: Alain Dieckhoff, directeur de recherches au CNRS-CERI/ Sciences Po et directeur du CERI. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur Israël, dont L’invention d’une nation. Israël et la modernité politique, (Gallimard, 1993), L’Etat d’Israël (dir.), (Fayard, 2008) et Le conflit israélo-palestinien (A. Colin, 2017).

Modérateur :  Samy Cohen, Sciences Po/CERI

48 heures avant la date prévue, vous recevrez un lien zoom vous permettant de vous connecter à la conférence. 
Très cordialement
Le Bureau de l’AFEIL

Annonce CRFJ : « Amis, voisins, ennemis : Histoire culturelle des relations entre Juifs et Arabes en Palestine / Israël, 19e – 21e s. » TABLE-RONDE (par zoom ET en public) mardi 4 mai 2021 17:00-18:30 (Paris time) – 18:00-19:30 (Jerusalem time)

Tuesday 4th May 2021 – 17:00-18:30 (Paris time) – 18:00-19:30 (Jerusalem time) – Via zoom and also at the offices of the CRFJ – 3 Shimshon St., Jerusalem (with mask and green pass) – The roundtable will be conducted in English.

L’approche dominante concernant l’histoire des relations entre Juifs et Arabes en Palestine/Israël a longtemps été marquée par trois caractéristiques structurantes. Tout d’abord, la vision d’une « société dédoublée », qui postulait que les sociétés juive et arabe étaient des entités totalement séparées, repliées sur elles-mêmes et hostiles l’une à l’autre, dont le principal mode d’interaction était le conflit, généralement violent. L’accent était donc mis sur les relations de pouvoir entre les deux mouvements nationaux – sioniste et palestinien. Par ailleurs, les deux sociétés étaient analysées de façon surplombante, en examinant principalement les profils de leurs leaders politiques, diplomatiques et militaires, et en s’attardant sur les épisodes de confrontation. Les historiens qui adoptaient cette perspective considéraient que les deux communautés étaient monolithiques et que les frontières entre elles étaient parfaitement étanches. Enfin, dernière caractéristique, la guerre de 1948 était considérée comme un événement non seulement fondateur pour la période suivante, mais également comme un « évènement – pivot » qui déterminait y compris l’angle des recherches sur la période précédente, ayant débuté à la fin du dix-neuvième siècle avec la première vague d’immigration sioniste en provenance d’Europe de l’Est. Comme la Révolution pour l’histoire de la France du dix-huitième siècle ou la Shoah pour celle des relations entre Allemands et Juifs, la guerre de 1948 a longtemps été considérée comme un inévitable accomplissement, qui projetait son ombre sur la période antérieure en la réinterprétant de façon univoque. Dans une moindre mesure, les guerres qui suivirent – celles de 1956, 1967, 1973, 1982 et les deux Intifada – devinrent également des balises familières entre lesquelles l’histoire des relations Juifs-Arabes naviguait en ligne droite.

Cependant, au cours des vingt dernières années, une nouvelle perspective a peu à peu émergé, visant à étudier les sociétés juive et arabe en Palestine/Israël comme des entités aux frontières poreuses et mouvantes, évidemment structurées par des systèmes de confrontation mais également par des logiques de coopération ou de transaction. Cette approche dite « relationnelle » a en particulier mis l’accent sur les interactions horizontales et locales, pour enrichir et complexifier les approches privilégiant les divisions verticales et les catégories d’analyse reliées aux identifications nationales. Cette nouvelle tendance a mis en lumière l’hétérogénéité de chaque société, et l’analyse de ces diverses lignes de fracture sociales, religieuses ou ethniques a permis d’entrevoir des situations de contacts voire des opportunités de véritables alliances transnationales, en particulier sur des enjeux de genre, de classe ou de langues. Logiquement, ces nouvelles recherches ont privilégié l’étude de ces sociétés « par en bas », avec une attention particulière portée aux gens ordinaires – paysans, artisans, ouvriers, commerçants – et aux différents domaines de la vie quotidienne, des loisirs et de la culture populaire. Ce changement de paradigme a également motivé une nouvelle approche concernant les sources, en se tenant à distance ou en réinterrogeant les documentations officielles et institutionnelle déposées dans les archives nationales et militaires, et en cherchant à valoriser des sources moins visibles et jusqu’ici moins travaillées, comme des ouvrages ou des rapports ethnographiques, des ego-documents de statuts divers, et des témoignages visuels. Finalement, la perspective téléologique a fait place à une approche plus exploratoire, capable de rendre compte des voies alternatives et des expériences réussies ou inabouties, sans les évaluer à travers un prisme rétrospectif et en valorisant le point de vue des acteurs en tant qu’agents de leur propre histoire. 

Le présent dossier cherche à contribuer à cette nouvelle perspective « relationnelle », en se focalisant sur les relations culturelles entre les deux communautés. Il couvre la période entre la fin du dix-neuvième siècle et le début du vingt-et-unième, sans évidemment prétendre à l’exhaustivité. Les articles traitent de domaines variés – loisirs, littérature, musique, théâtre, philanthropie – mais tous s’intéressent aux interactions entre Juifs et Arabes et à leurs efforts pour se comprendre eux-mêmes et pour se saisir de multiples « altérités culturelles » durant cette période de mutations rapides. Tout en gardant à l’esprit que les relations culturelles sont constamment imprégnées de relations de pouvoir, les articles rassemblés ici montrent que les relations entre Juifs et Arabes en Palestine/Israël ne se limitent pas à une hostilité réciproque et à des conflits récurrents, mais qu’elles se tissent aussi de coopérations et de tentatives de vivre ensemble. Si ces tentatives se sont souvent soldées par des échecs, une « histoire des possibles » tend à prouver que les déconvenues d’une génération peuvent aussi devenir les ferments de tentatives à venir.

Introduction 

For a long period, the dominant approach to the history of Jewish-Arab relations in Palestine/Israel was characterized by three main features. First, a “dual society” perspective, which assumed that Jewish and Arab societies were separate, self-contained and mutually hostile entities whose main mode of interaction was often-violent conflict. This outlook therefore placed primary focus on the Zionist and Palestinian national movements. Second, both societies were studied “from above”, through the examination of their political leaders, diplomats and military men, and emphasis on their confrontations. Historians who adopted this view assumed that each society was monolithic, and that the boundaries between the two were clear-cut. Finally, the 1948 War was marked as a momentous event that dictated the research agenda of the period beginning in the late nineteenth century, with the first wave of Zionist immigration from Eastern Europe. Like the French Revolution in the history of eighteenth-century France, or the Holocaust in the history of German-Jewish relations, the 1948 War became an inevitable telos that cast a long shadow over the preceding period, painting it in a single color. To a lesser extent, the wars that followed – those of 1956, 1967, 1973, 1982 and the two Intifadas – also became important anchorages between which the history of Jewish-Arab relations sailed in a straight line. 

Over the past twenty years, however, another perspective has slowly emerged, which examines Jewish and Arab societies as entities with porous, constantly shifting boundaries that have not only fought but also cooperated with one another. This “relational” view has placed emphasis not on vertical division and national identity but rather on horizontal interaction and local patriotism. It has adopted the assumption that each society was heterogeneous, and at times deeply divided along class, religious and ethnic lines – a dynamic that enabled cross-national connections and alliances, notably around issues of gender, class and language. Proponents of this perspective prefer to study these societies “from below”, dedicating special attention to common people – peasants, artisans, industrial workers, shopkeepers – and to the domains of everyday life, leisure, and popular culture. This shift also demands a new kind of historical sources, which extend beyond the official documents deposited in state and military archives and include diverse, less familiar sources such as ethnographic records, various ego documents, and visual images. Lastly, the teleological view of history has been replaced with an approach that explores roads not taken and alternative – failed or successful – experiences, without scrutinizing them through the lens of hindsight. This approach does not regard wars as inevitable outcomes, and looks at historical processes through the eyes of their participants, working to understand their points of view as historical agents.

The present file aims to contribute to this new, “relational” approach while focusing on the cultural relations between the two societies. It covers the period between the late nineteenth century and early twenty first century, but does not presume to be exhaustive. The articles it includes concern varied domains – leisure, literature, music, theatre, philanthropy – but all focus on the interaction between Jews and Arabs and their attempts to make sense of themselves and their cultural counterparts during this period of rapid change. While taking into consideration that cultural relations are imbued with power relations, these articles demonstrate that Jewish-Arab relations in Palestine/Israel were not solely characterized by mutual hostility and recurrent conflict, but also by cooperation and efforts to lead a shared life. Although such attempts were often unsuccessful, a “history of possibilities” tends to show that the impasse of one generation could become a source of inspiration for future generations.

17 mars 2021 à 17h (heure de Paris) : “La démocratie en Israël à la veille de nouvelles élections” – Débat au CERI autour du livre de Samy Cohen

Israël, une démocratie fragile, Samy Cohen, Fayard, Coll. Les grandes études internationales, 2021 – EAN : 9782213716725.
À paraître le 17/03/2021.

Israël, une démocratie fragile

L’abondante littérature qui analyse les dérives populistes dans le monde laisse curieusement de côté Israël où elles sont pourtant patentes. A plusieurs reprises au cours des douze dernières années, cette démocratie s’est trouvée au bord du gouffre. Retraçant la trajectoire de « la seule démocratie du Proche-Orient », de sa naissance aux années Netanyahu, Samy Cohen montre à quel point elle est complexe, fragile et éclatée en deux camps, l’un attaché aux valeurs libérales et prêt à des compromis avec les Palestiniens, l’autre imprégné de valeurs nationalistes et religieuses et indifférent à l’État de droit.
Qui l’emportera ? C’est l’avenir de la démocratie israélienne qui est en jeu.

Samy Cohen, directeur de recherche émérite à Sciences Po (CERI), est l’auteur notamment de Tsahal à l’épreuve du terrorisme (Seuil, 2009, Prix du Grand livre 2009 des professeurs et maitres de conférences de Sciences Po) et Israël et ses colombes. Enquête sur le camp de la paix (Gallimard, 2016).

Le débat aura lieu en ligne. Inscriptions sur le site du CERI

“Le néolibéralisme en Israël face à la crise du Covid-19” – 2ème webinaire de l’AFEIL, en collaboration avec le CRFJ, le 9 mars de 16h30 à 18h30 (heure de Paris)

Israël semble sortir de la crise sanitaire plus vite et plus efficacement que la plupart des pays occidentaux. En revanche, les Israéliens vont émerger de cette épreuve plus pauvres et plus divisés qu’ils ne l’étaient en y entrant. L’État a-t-il été à la hauteur des attentes des Israéliens touchés de plein fouet par la baisse de leurs revenus, l’envolée du chômage et les faillites en séries ? Le néolibéralisme à l’israélienne va-t-il résister à la crise du Covid-19 ? Le gouvernement qui sortira du prochain scrutin électoral sera-t-il contraint de mettre en œuvre une politique de relance plus interventionniste ?  

A l’heure où la pandémie de Covid-19 commence à s’essouffler en Israël, Jacques Bendelac nous proposera son analyse des enjeux de la sortie de crise pour l’économie et la société israéliennes.  

Intervenant :  

Jacques Bendelac, économiste et chercheur en sciences sociales à Jérusalem, enseignant au Collège académique de Netanya, auteur notamment de Israël, mode d’emploi (Plein Jour, 2018) et « Relance post-coronavirus : quels enjeux économiques et sociaux ? », Moyen-Orient, n°48, octobre-décembre 2020.  

Discutant :

Yoann Morvan est chercheur au CNRS en anthropologie urbaine et économique. Spécialiste notamment de la société israélienne, il y travaille sur les villes de développement et sur les questions de pauvreté et d’échange. Il a publié en 2020 (avec Daniel Monterescu, CEU) “Villes “mixtes” en Israël : entre désenchantements et concurrences”, Urbanisme, n°415. 

Ce webinaire se tiendra en ligne le mardi 9 mars de 16 h 30 à 18 h 30 (heure française). Les personnes intéressées pour y assister sont invitées à envoyer un mail à l’adresse asso.afeil@gmail.com et recevront un lien zoom 48 heures avant pour se connecter à la conférence en ligne.

“Politique et société en Israël à l’heure du Covid-19” – 1er webinaire de l’AFEIL

Mardi 8 décembre 2020 de 17h à 19h

Depuis le mois de mars dernier, la société israélienne vit au rythme du Covid-19. Mais qu’est-ce que la pandémie révèle de la société israélienne et de la politique : dysfonctionnements de la démocratie, difficultés de gestion de la crise, indiscipline sanitaire ? Impact de cette crise sur la communauté arabe, mais également sur les travailleurs immigrés et les demandeurs d’asile ? Pourquoi les manifestations anti-Netanyahu ne désarment-elles pas malgré les restrictions sanitaires et comment interpréter la répression policière sur ces dernières ?

Sur ces questions et sur bien d’autres, Denis Charbit nous présentera un état des lieux de la politique et de la société en Israël à l’heure du Covid-19.

Intervenant :  

Denis Charbit, Open University of Israel, auteur notamment de Israël et ses paradoxes. Idées reçues sur un pays qui attise les passions, Le Cavalier bleu, 2018, 2ème édition et « La démocratie israélienne à l’épreuve de Netanyahu », Politique étrangère, n°3, 2020.

Discutantes : 

Lisa Anteby-Yemini, CNRS, IDEMEC, Aix-Marseille Université, auteure notamment de Les Juifs d’Ethiopie: de Gondar à la Terre promise, Albin Michel, 2018 et « Défis et enjeux de la migration africaine en Israël », Migrations Société, 2020/1 n°179.

Elisabeth Marteu, Sciences Po, auteure notamment de « L’identité israélienne à l’heure des mobilisations communautaires » (avec Pierre Reno), Critique internationale, vol. 3, n° 56, 2012, et « La maturation politique d’une opposition palestinienne en Israël », Moyen-Orient, octobre 2020.

Inscription et envoi du lien Zoom sur demande

Retour aux sources ! Recherche d’archives et archives de la recherche (Webinaire transversal CRFJ-ARCHIVAL-CITY)

Lundi 6 juillet 2020, 14h-18h, webinaire transversal CRFJ – ARCHIVAL-CITY, accessible sur zoom : Qu’on soit historien, archéologue, sociologue, philologue ou épigraphiste, on a tous affaire à des « archives », au sens large — et parfois lâche — du terme : celles qu’on dépouille, celles qu’on gère, celles qu’on produit. L’objectif de ce séminaire est de croiser les approches et les questions autour d’un type de document qui constitue une source primaire pour les uns, une source secondaire pour les autres, en mettant particulièrement l’accent sur les enjeux méthodologiques de ce délicat « retour aux sources ». Avec quelles interrogations aborder ces collections ? Comment exploiter les archives d’administrations et d’institutions, comment traiter les fonds hétérogènes d’érudits ou de chercheurs ? Quelles archives génèrent nos disciplines ? Quelle vision — ou quelle illusion — produisent-elles, notamment en articulation avec les artefacts et autres traces matérielles qu’elles étudient ou documentent ? Comment les valoriser, les interconnecter et les rendre plus accessibles ?

Plus d’informations et inscriptions sur le site du CRFJ

A découvrir : “Jérusalem médiévale : à la recherche d’un dévoilement difficile” (une production CRFJ et MSK Productions)

Un itinéraire collectif animé par Yann Potin et Estelle Ingrand-Varenne tourné le 25 mai 2019 à l’occasion d’un séminaire organisé par François Bon, alors Directeur du CRFJ. Un regard érudit, original et décalé sur l’histoire et la géographie de la ville sainte.

Plus d’informations sur le site du CRFJ

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search